RUE DE LA LIBERTÉ, DACHAU 1943-1945, d’Edmond Michelet

20,00

Catégorie :

Description

RUE DE LA LIBERTÉ, DACHAU 1943-1945, d’Edmond Michelet

Edmond Michelet, catholique et résistant, raconte son emprisonnement à Dachau, de 1943 à la libération du camp. Écrit peu après la guerre, ce témoignage porté par la foi et l’humanisme, a fait date.

Écrit en 1955 à partir des notes qu’Edmond Michelet avait prises pendant son emprisonnement à Dachau de 1943 à 1945, Rue de la Liberté constitue un témoignage de première importance sur l’expérience concentrationnaire. Particulièrement vivant, profondément imprégné par sa foi, le livre décrit ce que fut la vie d’un résistant français qui a dû et pu survivre près de vingt mois dans un block de Dachau. Il analyse les conflits qui surgissaient entre classes de détenus – politiques et « droit commun » – allemands, latins et slaves ; il démonte la curieuse machine politique qui avait fini par s’organiser, l’équilibre des pouvoirs dans une cité d’esclaves hantés par la mort et qui, pourtant, ne cessaient de regarder vers la vie. Une galerie de beaux portraits psychologiques alterne avec des scènes dramatiques et de larges fresques, comme l’épidémie de typhus de l’hiver 1944-1945 et la pagaille ubuesque d’une libération de fantômes le 29 avril 1945. Le témoignage du chrétien, qui dit qu’il a tiré force de sa foi, est porté sans ostentation. Et ce récit émouvant et terrible fait ressortir avec la plus grande clairvoyance possible l’ambiguïté d’une aventure où l’homme a révélé les pires côtés de sa nature, mais aussi son héroïsme et son irrépressible spiritualité.

Né en 1899, Edmond Michelet est très tôt un homme engagé. Volontaire en 1918, ce catholique milite à l’Action française jusqu’en 1928, puis se convertit au catholicisme social. Scandalisé par l’appel à cesser le combat lancé par le maréchal Pétain le 17 juin 1940, il s’engage dans la résistance dès l’Appel du 18 juin. La Gestapo l’arrête le 25 février 1943, sans toutefois soupçonner que derrière le père de famille de sept enfants se cache le chef de la région Limousin de Combat. Il est déporté à Dachau le 13 septembre. Sa foi l’aide à surmonter l’expérience concentrationnaire pendant les deux années que dure son emprisonnement. De retour de Dachau, Edmond Michelet, gaulliste convaincu, occupe différentes fonctions politiques au sein des gouvernements de Gaulle et Pompidou. Il meurt le 9 octobre 1970.

POINTS FORTS

– Un témoignage politique et humain essentiel sur l’expérience des camps.
– Une édition augmentée de notes historiques et d’une préface d’Olivier Wieviorka, qui contextualise le récit afin d’y intéresser un nouveau public.
– Catholique militant, puis homme politique, Edmond Michelet est une figure emblématique de la résistance française.
– La publication commémore les 50 ans de sa mort et les 80 ans de l’Appel du 18 juin. Elle est soutenue par le Centre d’études Edmond Michelet.

Informations complémentaires

Dimensions 20.5 × 14.3 × 2.2 cm